La voie professionnelle : plus attractive, plus insérante ! Découvrez les nouveautés de la voie professionnelle dès la rentrée en 12 points clés 👇

En raison de la crise sanitaire,
la durée des stages en milieu professionnel est modifiée.

Consultez le tableau ci-dessous pour tout savoir sur votre situation :

Diplôme concerné Candidats scolaires Candidats de la formation continue
Bac professionnel La durée de mon stage est ramenée à :
– dix semaines pour le cursus en trois ans
– huit semaines pour le cursus en deux ans
– cinq semaines pour le cursus en un an.
Durée de la période de formation en milieu professionnel prévue par le référentiel de la spécialité réduite de 4 semaines, sans pouvoir être inférieure au total de 4 semaines.
Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) et brevet d’études professionnelles (BEP) : La durée de mon stage est ramenée à :
– cinq semaines pour les cursus en deux ou trois ans
– trois semaines pour le cursus en un an
Durée de la période de formation en milieu professionnel prévue par le référentiel de la spécialité réduite de 4 semaines, sans pouvoir être inférieure au total de 4 semaines.
Mention complémentaire : La durée de mon stage est ramenée à une durée de 6 à 9 semaines selon la spécialité (soit la moitié de la durée obligatoire) Durée de la période de formation en milieu professionnel prévue par le référentiel de la spécialité réduite de 4 semaines, sans pouvoir être inférieure au total de 4 semaines.
Brevet des métiers d’art et diplôme de technicien des métiers du spectacle : La durée de mon stage est ramenée à une durée de 6 à 8 semaines selon la spécialité (soit la moitié de la durée obligatoire) Durée de la période de formation en milieu professionnel prévue par le référentiel de la spécialité réduite de 4 semaines, sans pouvoir être inférieure au total de 4 semaines.
Diplôme concerné Candidats apprentis et de formation professionnelle continue
Brevet professionnel La durée d’activité professionnelle normalement requise est réduite d’une durée de 6 mois sans pouvoir être inférieure à la moitié des durées normales.
Les candidats doivent justifier d’une période d’activité professionnelle :

1) Soit de 4 ans et demi effectués à temps plein ou à temps partiel dans un emploi en rapport avec la finalité du diplôme postulé (soit durée réduite de 6 mois).

2) Soit, s’ils possèdent un diplôme ou titre homologué classé au niveau 3 ou à un niveau supérieur, figurant sur une liste arrêtée pour chaque spécialité par le ministre chargé de l’éducation, d’1 an et demi effectué à temps plein ou à temps partiel dans un emploi en rapport avec la finalité du diplôme postulé (soit durée réduite de 6 mois). Au titre de cette année et demi peut être prise en compte la durée du contrat de travail de type particulier préparant au brevet professionnel, effectuée après l’obtention d’un diplôme ou titre de niveau 3.

La durée d’un an et demi peut être réduite, sans pouvoir être inférieure à 10 mois, pour les candidats titulaires d’un contrat de travail de type particulier dont la durée effective est inférieure à deux ans au moment du passage de l’examen et qui ont bénéficié d’une formation en centre de 800 heures minimum.

3) Soit de 3 à 6 mois pour les candidats titulaires d’une spécialité de baccalauréat professionnel du même secteur professionnel que la spécialité de brevet professionnel postulée (soit durée réduite d’entre 3 à 6 mois).
Diplôme concerné Candidats individuels
Bac professionnel, brevet des métiers d’art, et mentions complémentaires Durée d’activité professionnelle minimale exigée réduite à 2 ans et demi (soit réduite de six mois)
Candidats individuels en CAP Lorsqu’une durée d’expérience professionnelle minimale est exigée pour votre spécialité*, la durée d’expérience est réduite à 5 semaines, voire 3 semaines dans le cas de bénéfice d’une dispense à l’une des épreuves professionnelles.

ATTENTION : Pour tout diplôme professionnel, la durée de l’expérience professionnelle ne doit pas être inférieure à la moitié de la durée initiale prévue par la spécialité.

*Seulement pour les CAP AEPE (accompagnement éducatif et petite enfance) et le CAP pâtissier.




La nouvelle voie professionnelle en 12 points

  • Des campus d’excellence ancrés dans les territoires
  • Un appel à projet PIA3 doté de 50M d’euros en faveur de la voie professionnelle
  • De l’apprentissage dans tous les lycées professionnels
  • Le développement des formations tournées vers les métiers d’avenir
  • La transformation progressive et accompagnée des filières peu insérantes
  • Un partenariat renouvelé avec les entreprises pour favoriser l’insertion des jeunes
  • Un CAP en 1, 2 ou 3 ans en fonction du profil et des besoins de l’élève
  • Les taux d’insertion de chaque formation rendus publics pour éclairer le choix des familles
  • Une 2nde professionnelle organisée par familles de métiers, pour un parcours plus progressif et plus lisible
  • Des enseignements généraux contextualisés et mieux articulés avec les enseignements professionnels grâce à de la co-intervention de professeurs
  • En classe terminale, le choix offert entre un module insertion professionnelle et un module poursuite d’étude pour préparer l’avenir
  • Réalisation d’un chef-d’oeuvre présenté au baccalauréat professionnel

Pour mieux comprendre…

En savoir plus sur education.gouv.fr/LyceePro